Le swing trading

Quelle est la différence entre le swing trading et le day trading, plus connu ?

Un day trader ouvre et ferme ses positions le même jour. Il ne garde que très rarement des positions pendant la nuit. Des fluctuations de cours minimales lui suffisent pour agir. Un rendement de 0,5% est la plupart du temps déjà largement suffisant pour ce type d'investisseur actif. Le day trader se spécialise d’habitude sur un seul ou sur une poignée d’instruments financiers, tels les indices boursiers (CAC 40, S&P 500 …), l’or, le pétrole ou les devises majeures (EUR/USD, USD/JPY …).

Un swing trader garde lui ses positions sur une période de 2 à 5 jours. Il recherche en premier lieu des instruments financiers dont il anticipe qu’ils vont faire un mouvement dans la direction de leur tendance. Le swing trader ne se spécialise pas sur un seul ou quelques instruments financiers. Du moment que sa stratégie de trading est clairement définie, il peut trouver son bonheur parmi les actions – si elles sont suffisamment liquides–, les indices boursiers, les matières premières (or, pétrole, bund …) et les devises. Les positions à perte sont liquidées le jour même. Les positions gagnantes sont gérées pendant quelques jours selon des règles précises définies par le trader. Ces positions restent donc ouvertes pendant la nuit, mais sont habituellement liquidées ou réduites avant le week-end.

Quel capital dois-je prévoir ?

La plupart des investisseurs actifs prévoient un capital d'au moins 10.000 euros. Il est important que vous n’utilisiez que de l’argent dont vous n’avez pas besoin pour maintenir votre style de vie actuel. Avec un capital inférieur à 10.000 euros, il n’est pas évident d'appliquer une gestion rentable des trades. En outre, un capital plus petit fait que, par définition, le trader ouvre des positions avec un levier plus important. Un levier de 2:1 est un maximum pour un swing trader.

Suivez la tendance du marché

Agir contre la tendance du marché est suicidaire pour votre rendement. Les swing traders observent la tendance des derniers jours et semaines, et agissent selon cette tendance. N'essayez pas de déterminer la tendance future mais suivez plutôt la tendance actuelle. Quand la tendance est à la baisse, les swing traders vendent des positions à découvert. Quand la tendance est à la hausse, ils achètent des positions longues.

Déterminez tout d’abord la tendance générale du marché sur un graphique avec un horizon à long terme, minimum un an. Analysez ensuite la tendance de l’instrument que vous désirez trader. Vérifiez si cette tendance se manifeste également dans un graphique sur 10 à 30 jours. Utilisez tous les éléments de l’analyse technique (figures, indicateurs …) dans ce but.

Si la tendance à long terme est à la hausse et la tendance à court terme est à la baisse, ne prenez pas de position à la baisse. Le mouvement sera nettement moins important que pour une tendance à court terme à la hausse. N'agissez donc jamais contre la tendance à long terme.

Vous ne parvenez pas à déterminer une tendance claire et nette ? C’est normal. Les 70% du temps, un instrument financier se trouve dans une plage de trading (‘trading range’) et pendant les 30% du temps restants seulement dans une tendance déterminée. Mettez cet instrument temporairement de côté et recherchez-en d'autres.

A vous donc d'observer les graphiques, d'en détecter les tendances ou les inversions. Lors d'une inversion de la tendance, attendez que cette inversion soit prononcée et bien confirmée par l'évolution du cours avant d'ouvrir des positions.

Minimisez vos pertes de trading

Développer une méthode qui ne permet d'ouvrir que des positions gagnantes est impossible. Des positions à perte font partie du jeu. Identifier une position à perte et la clôturer rapidement est donc un élément crucial. La gestion des positions fait la différence entre le trader gagnant et le trader perdant. Ne tardez pas, clôturez vos positions perdantes et gardez votre capital intact.

Néanmoins, cela n’est pas toujours facile à faire ... rester sur une position en espérant qu'elle tourne au profit est un reflex naturel. Personne n'aime perdre. Mais les meilleurs traders constatent qu’un bon pourcentage des positions qu'ils ouvrent sont à perte. Des pertes régulières sont donc inévitables. Il est de ce fait important de limiter la taille des pertes et également de faire en sorte que les gains couvrent les pertes et plus.

Comment minimiser les pertes ?

La plupart des investisseurs actifs expérimentés protègent leurs positions par un ordre stop (ordre à seuil de déclenchement). Il y a une douzaine de types d’ordres stop. Les plus connus sont le stop marché et le stop traqueur (‘trailing stop’). Mais il existe aussi, par exemple, le stop linéaire, le stop break-even, le stop temps, etc. Choisissez un courtier en bourse qui vous offre tous les types d’ordres stop. Comme vous pourrez le lire dans la section ‘Sécuriser vos gains’, ils sont très, très utiles.

A quel niveau placer l’ordre stop ?

Une règle simple est de risquer 1% à 2% de votre capital. Supposez que votre capital de trading soit de 10.000 euros. La perte maximale sur une position pourrait donc s’élever à 200 euros ou 2% du capital. Cette règle est valable mais quelque peu arbitraire. En effet, elle ne tient ni compte de l’analyse technique, ni de la volatilité intrinsèque à chaque instrument.

Chaque instrument a une volatilité intrinsèque qui se mesure avec l’Average True Range (ATR). Il est important de positionner son stop en fonction de l’ATR. Si l’ordre stop est mis trop près du cours d'achat, il se peut que la position soit liquidée trop rapidement et que le trader ait un grand nombre de petites pertes. Si l'ordre stop est trop loin, les pertes peuvent également être assez considérables.

En trading, il est très important que l'utilisation des ordres stop devienne un reflex automatique pour les positions à la hausse comme à la baisse. Le premier stop, placé pour limiter la perte, s’appelle le stop initial.

Sécurisez vos gains de trading

Si vos positions s'avèrent bénéficiaires, il est très important de mettre ces gains en sécurité bien avant que la position ne soit clôturée. Sécuriser ses gains ne veut pas dire clôturer la position. Prendre son bénéfice trop rapidement est un mauvais réflexe. Ce réflexe peut être maintenu sous contrôle. Le fait est que de nombreux traders ouvrent des positions sans spécifier de cours d’objectif. Déterminez bien à l'avance votre objectif avant d'ouvrir une position.

Comment sécuriser les gains ?

Les gains latents doivent toujours être mis en sécurité par un ordre stop. Laisser évoluer une position très profitable vers une position à perte relève de la négligence.

A quel niveau placer l’ordre stop ?

La règle générale à suivre est la suivante : supposons que le cours de l'action Cisco est de 20 dollars et l’objectif est de 22 dollars. Le gain potentiel est donc 2 dollars. Nous achetons 500 actions Cisco et espérons ainsi gagner 1.000 dollars. Après quelques jours, le cours est de 21,50 dollars. Le gain latent est à ce moment 750 dollars. Nous prévoyons encore de gagner 250 dollars. Cela n'a absolument pas de sens de risquer un gain latent de 750 dollars pour gagner 250 dollars supplémentaires. Théoriquement, un investisseur actif doit être prêt à perdre 1 dollar s'il peut en gagner au minimum 2. Cela s'appelle le rapport profit/risque. Dans cet exemple, le trader mettra son ordre stop de telle manière qu'il sécurisera 625 dollars. Il risque donc 125 dollars pour pouvoir en gagner 250.

Il y a une douzaine de types d’ordre stop qui sécurisent vos gains latents automatiquement. P.ex. le stop traqueur, le stop break-even, le stop linéaire, le stop basé sur les dernières périodes, etc. Si le cours grimpe, le stop s’élève également. Si le cours chute, le niveau du stop est percé et la position sera liquidée. De cette façon, vous êtes certain de sécuriser la plupart de vos bénéfices. Choisissez un broker qui vous offre tous ces types d’ordres stop.